Lexique d'architecture médiévale

 

N     O    P    R    S    T    V     A à C      D à M

 

Nef : Partie de l'église où se tiennent le fidèles, qui va du transept à la façade principale et qui peut comporter 2 ou 4 bas-côtés ..

Nervure : Grosse moulure d'une voûte, en particulier d'une voûte gothique. Les nervures sont, en général, la partie visible des arcs constituant l'ossature de cette voûte.

Niche : Renfoncement dans l'épaisseur d'un mur, théoriquement destiné à recevoir un élément décoratif, et son encadrement.

 

Oculus  : Petite ouverture de forme circulaire ou proche du cercle, munie ou non d'un panneau vitré.

Oeil de bœuf : Lucarne à fenêtre ronde ou ovale

Ogive : Arc allant d'un point d'appui à un autre en passant par la clef de voûte.

Opus Quadratum : Technique du maçon qui consiste à faire alterner des pierres carrées ou rectangulaires en édifiant un mur.

Oubliettes : Fosses, ou cachots souterrains dans lesquels les prisonniers sont "oubliés" jusqu'à leur mort.

 

Palais : Construction architecturale réservée à un haut personnage. C'est étymologiquement la demeure de l'empereur sur le Palatin. Durant le Haut Moyen Age, on entend aussi par «palais» l'ensemble des domestiques et des conseillers du roi, le personnel de la chancellerie ainsi que les grands personnages qui sont les auxiliaires naturels du roi.

Palissade : Clôture défensive, originellement composée de poteaux de bois.

Pans-de-bois : Ensemble des pièces de charpente assemblées dans un même plan vertical. Plus particulièrement, mur en charpente hourdé de brique, torchis, plâtre, etc. appelé hourdis.

Pans-de-bois : Ensemble des pièces de charpente assemblées dans un même plan vertical. Plus particulièrement, mur en charpente hourdé de brique, torchis, plâtre, etc. appelé hourdis.

Parapet : Simple mur souvent crénelé protégeant les emplacements de tir à ciel ouvert au sommet d'une enceinte, d'une tour, d'un rempart ou sur un chemin-couvert.

Parement : Face visible du mur fait de pierres de tailles.

Pattée : Aux extrémités élargies (le motif de la croix pattée a souvent été confondu avec celui de la croix de Malte).

Pavement : Aire de pierres, de briques, de carreaux en céramique posés sur une couche de support.

Pendentif : Triangle de maçonnerie entre les grands arcs qui soutiennent une coupole.

Penture : Bande de métal fixée à plat sur le vantail d'une porte, sur un volet, de manière à l'articuler sur le gond. 

Perron : Escalier extérieur de quelques marches se terminant par une plate-forme sur laquelle donne une porte d'entrée.

Piédroit (ou Pied-droit) : Montant vertical sur lequel retombent les voussures d'une arcade, d'une voûte.

Pignon à redents : Pignon orné de découpures en forme de dents, formant comme les marches d'escalier.

Pilastre : Membre vertical formé par une faible saillie d'un mur, en général muni d'une base et d'un chapiteau similaires à ceux de la colonne.

Pilier : Support isolé, élevé pour recevoir une charge.

Pinacle : Amortissement élancé se terminant en forme de cône ou de pyramide effilés et qui se place notamment au sommet d'une culée, dans l'architecture gothique.

Plaque de cheminée : Plaque de fonte ou de céramique, pour protéger le mur et diffuser la chaleur.

Plessis : Enclos fortifié.

Poivrière : Toiture pointue et échancrée sur une tourelle de plan circulaire. La tourelle peut-elle aussi porter ce nom.

Polylobé : Constitué de plusieurs arcs de cercle.

Pont : Ouvrage d'art franchissant un espace par-dessus un vide et portant une route, rivière etc...

Pont "à becs" : Pont ayant des piles en pointes vers l'amont afin de permettre d'atténuer la force des eaux de la rivière.

Pont dormant : Pont ne pouvant pas se relever.

Pont-levis : Pont mobile se levant pour empêcher le passage aux portes charretière et piétonne, des personnes non désirées ou ennemis, en franchissant un fossé d'un ouvrage fortifié.

Porche : Pièce ou galerie devant l'entrée d'un bâtiment, formant habituellement avant-corps bas, devant la façade du bâtiment qu'il commande, il est souvent hors œuvre.

Portail : Porte principale de grande largeur, parfois de caractère monumental.

Porte : Baie de communication fermée par un vantail ou des vantaux.

Porte charretière : Large porte permettent le passage de charrettes et autres véhicules à roues.

Porte piétonne : Porte ne laissant passer qu'un homme.

Poterne : Petite porte dérobée, ouverte dans les endroits les moins apparents et les moins exposés, notamment dans les fossés, qui servait à fuir ou à faire entrer des renforts à l'insu des assiégeants.

Portique : Galerie couverte dont le toit est soutenu par des colonnes.

Poutre : Pièce de forme allongée en bois, en métal etc., servant de support de plancher, d'élément de charpente, dans la construction.

Presbytère : Demeure du curé d'une paroisse, généralement située à proximité de l'église.

Puits : Trou creusé dans la terre pour atteindre la nappe d'eau souterraine. La margelle est une pierre percée ou une assise de pierre qui marque l'orifice du puits et forme le chaperon d'un petit mur à hauteur d'appui, le mur de margelle.

 

Rampant : Partie supérieure et incliné d'un mur pignon.

Rampe : Plan incliné entre deux plans horizontaux permettant de passer d'un niveau à un autre, quelque soit le moyen de transport. 

Randière : Corniche placée sous les trous d'envol d'un pigeonnier, pour empêcher l'intrusion de rats.

Ravelin : Important ouvrage défensif triangulaire, souvent entièrement solide, destiné à protéger un point vulnérable du tir direct.

Redents ou redans : Pierres plates disposées en escalier (dites aussi "en pas de moineau") posées aux versants des pignons, sur des constructions généralement en chaume. Il faisait office de coupe-vent, de coupe-feu et permettait par son profil en escalier d'apporter des travaux d'entretien à la toiture de chaume.

Redoute : Petit ouvrage de fortification isolé et fermé.

Remplage : réseau de pierre garnissant l'intérieur d'une fenêtre.

Retable : Ornement d'architecture ou de menuiserie sculptée d'église, contre lequel est appuyé l'autel.

Roman : Style d'architecture commun en Europe entre les périodes classique et gothique

 

Salle : Principale pièce de séjour

Salle basse : Salle de réception pour invités de toutes conditions sociales

Salle haute : Salle généralement située au dessus de la salle basse, réservée aux personnes de haut rang.

Scotie : Moulure concave placée entre les deux tores de la base d'une colonne.

Souche de cheminée : Ouvrage de maçonnerie renfermant un ou plusieurs conduits de cheminée et s'élevant au-dessus du toit.

Souillarde : Petite pièce faisant saillie à l'extérieur, réservée aux tâches ménagères.

 

Tambour : Assise ronde en pierre qui entre  dans la composition du fût d'une colonne.

Tambour de porte : Sas, généralement en menuiserie, construit aux dépens de l'espace intérieur, derrière une porte, pour éviter les courants d'air.

Tas de charge : Mode de construction, par empilage des matériaux.

Terrasson : Versant supérieur, de faible pente, d'une toiture à comble brisé.

Tierceron : Nervure secondaire d'une voûte gothique.

Toit de chaume : Toit recouvert de paille longue dont on a enlevé le grain.

Toit de lauzes : Toit recouvert de pierre travaillée.

Torchis  : Matériau de construction composé de terre grasse et de paille hachée, utilisé comme remplissage.

Tore : Moulure ronde, demi-cylindrique, qui entoure la base d'une colonne, d'un pilier.

Tour : Edifice en pierre ou en bois dont les dimensions verticales sont supérieures aux dimensions horizontales.

Tour en amande : Tour non carré ou ronde mais en forme d'amende.

Tour maîtresse ou donjon : Edifice qui domine par ses dimensions l'ensemble de l'habitat seigneurial fortifié, elle ne joue pas un rôle défensif, mais c'est un symbole du pouvoir féodal. Elle peut abriter le logis seigneurial.

Tour d'escalier : Tour ne contenant seulement qu'un escalier permettant l'accès aux étages d'un autre bâtiment contigu.

Tour de flanquement : Tour de défense placée en avant d'un angle ou au milieu d'une enceinte afin de protéger les flans d'une enceinte.

Tour porte : Tour dont le rez-de-chaussée est un passage d'entrée.

Tourelle : Tour peu développée en plan et qui, de ce fait, n'a pas l'importance d'un corps de bâtiment ; elle se développe sur la hauteur de plusieurs étages. Elle peut être en surplomb.

Transept : En architecture, partie d'une église perpendiculaire à la nef formant, soit les bras de la croix, soit la barre d'un T, selon le plan.

Travail : Petite construction en bois, couvert d'un toit qui servait à ferrer les bœufs.

Tribune : Pièce ou galerie placée à l'étage, s'ouvrant sur l'intérieur d'un vaisseau ou constituant par elle-même un demi-étage s'ouvrant sur l'intérieur d'une pièce.

Trumeau : Pilier supportant en son milieu le linteau d'un portail.

Trou de boulin : Trou ou encastrement taillé dans un mur et destiné à recevoir une poutre.

Tuile : Plaquette de terre cuite, de forme variable, pour couvrir les maisons, les bâtiments. 

Tympan : Paroi de remplage diminuant par le haut l'ouverture d'une baie. Le tympan est généralement plein et dans le même matériau que l'embrasure.

 

Vaisseau : Espace intérieur, en général allongé, occupant la plus grande partie de la hauteur d'un bâtiment, ou, au moins, plusieurs étages.

Vantail : Panneau de fermeture pivotant sur un de ses bords verticaux.

Vitrail : Composition décorative translucide, formée de pièces de verre colorées maintenues par un réseau de plomb.

Voussure : Partie cintrée couvrant l'embrasure d'une baie (portail d'une église) dans sa partie haute.

Voûte : Construction en maçonnerie disposée en arc et formant le plafond d'une construction

Voûte d'arêtes : Formée par la rencontre de deux berceaux de même hauteur.

 

 

Photos provenant en grande partie du site: lacorreze.com

 

 

retour  A à C -   D à M

 

autre lexiques

 

Lieux Droit etc.. Religieux Titres

 

 

accueil  médiéval